La vraie histoire du Pop Art : sa naissance

jan 14

La vraie histoire du Pop Art : sa naissance

Lorsque l’on évoque le terme Pop Art, un grand nombre d’entre nous pensent aux sérigraphies édulcorées d’Andy Warhol ou encore aux comics de Roy Lichtenstein, ce qui est finalement très réducteur. Le Pop Art est un mouvement artistique influencé par l’histoire d’une société, par la vision débridée d’artistes originaux créant une rupture avec l’art moderne au profit de l’art contemporain. Ce dossier nous propose une vision à 360° de ce mouvement artistique à travers ses œuvres, ses artistes et les thèmes qui ont marqué leur travail.

Si vous voulez créer votre tableau Pop Art personnalisé depuis un portrait photo, Cadopix vous le permet ici directement.

Sommaire de l’article :

Les origines du Pop Art

Le mouvement Pop Art, une initiative des intellectuels de l’Independent Group

Né dans les années 50 en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis simultanément, le Pop Art est un mouvement artistique dont le succès fut fulgurant et dont l’héritage est aujourd’hui encore présent partout dans notre société. Si les noms d’Andy Warhol ou de Roy Lichtenstein viennent en tête en premier lieu, le mouvement artistique n’est pas de leur initiative mais de celle de l’Independent Group, un collectif d’intellectuels créé en 1952 en Grande-Bretagne. A la tête de l’Independant Group, Reyer Baham succédé par Lawrence Alloway, entouré d’Alison et Peter Smithson, Richard Hamilton, John McHale, Eduardo Paolozzi, Frank Cordell ou encore Toni del Renzion. Cette liste est non exhaustive, nombreux sont les intellectuels à prendre part aux réflexions collectives menées par le groupe.

Independant Group

L’Independant Group en 1956 avec Eduardo Paolozzi, Nigel Handerson ainsi que Alison et Peter Smithson.

L’Independent Group était à la recherche d’un art moins traditionnel que celui de l’époque, alors exprimé par des œuvres au style cubique (1907-1914), abstrait (1910), dadaïste (1916-1925), surréaliste (1924-1945) ou encore expressionniste (1945-1970). Ils étaient à la recherche d’un art nouveau, un art qui ne ressemble à aucun autre et dont le pouvoir expressif se dirige vers un public de masse.
Il faut savoir que le contexte historique et social prend une part importante dans l’histoire du Pop Art. Ce mouvement artistique (NB : Il est important de ne pas confondre mouvement et courant artistique, le courant artistique étant propre à un groupe d’artiste à une période délimitée, tandis que le mouvement artistique est un style défini) est né d’une volonté de populariser l’art comme n’importe quel produit de consommation.

30 glorieuses pop art

Image symbolique des 30 glorieuses : les familles s’équipent en bien de consommation et la femme prend petit à petit sa place dans la société.

Le pop Art, un art de société

Nous sommes en 1950, au lendemain d’une seconde guerre mondiale douloureuse et à l’aube d’une période économiquement fertile, les 30 glorieuses. C’est l’avènement du rêve américain : l’accès à la propriété immobilière et automobile, la disposition d’une télévision dans chaque foyer et l’explosion du pouvoir des médias à travers un consumérisme poussé à l’extrême, la disparition de la classe sociale ouvrière au profit d’une nouvelle classe de « cols blancs », la rupture avec une société auparavant patriarcale, le changement du statut de la femme et l’émergence du mouvement féministe, le début d’une révolution sexuelle et d’une période rock’n’roll polluée par la drogue. Le monde est en proie à de grands changements, de la Grande-Bretagne aux Etats-Unis en passant par le Vietnam et l’URSS.

L’art de dénoncer en beauté

Sensibles aux faits de société que nous venons d’évoquer, de nombreux artistes vont se mettre à détourner les objets de leur temps pour en faire des symboles d’une société guidée par l’indice de consommation. De nombreuses œuvres voient le jour, déguisant sous forme d’art ce qui est en réalité une critique acerbe et ironique de la réalité sociale. Le Pop Art deviendra en 1960 un art pluridisciplinaire, emportant avec lui l’univers du rock’n’roll, de la folk et de la pop et autres musiques, le street art, la peinture, la sculpture, les performances, etc.
A travers ce dossier, nous ferons donc un tour d’horizon du style Pop Art à travers les thèmes forts exprimés par les œuvres, à savoir :
-    La beauté, ou du moins son appréciation à l’époque, la liberté sexuelle et homosexuelle ainsi que l’image de la femme
-    Les médias de masse, l’hyper consommation et le rêve américain
-    La musique, notamment la musique pop, rock’n’roll et disco
-    Le mouvement hippie
-    La seconde guerre mondiale et la guerre au Viêtnam
Nous (re)découvrirons des artistes et leurs œuvres pour obtenir une vision à 360° du mouvement pop art, des nouvelles techniques amenées, des thèmes abordés et des artistes à y prendre part aux quatre coins du globe.

Les clichés américains, un terrain d’expression pour le Pop Art

Les œuvres Pop Art ont toutes un pouvoir expressif très fort, amené par la représentation d’un objet qui n’a aucune valeur intrinsèque, mais qui par sa contextualisation porte un message fort. Il s’agit de voir l’objet sous un nouvel angle, d’utiliser un maximum d’images au pouvoir expressif fort et de faire prendre conscience au public de la capacité des techniques de commercialisation (souvent vectorisées par les médias comme la télévision ou les magazines) à créer un besoin pourtant inexistant et à pousser toujours plus à la consommation.

L’œuvre de Paolozzi signe la naissance de l’appelation « Pop Art »

Chaque artiste dénonce donc à travers son œuvre un cliché américain par lequel il est plus ou moins touché. Il faut savoir que les années 50 marquent l’époque où les Etats-Unis assoient leur hégémonie militaire et économique, tous les regards sont donc tournés vers cette nation mastodonte. Les œuvres crées en Grande-Bretagne seront-elles aussi, très inspirées des images américaines.
La première œuvre considérée comme Pop Art est un collage d’Eduardo Paolozzi, du Independent Group, intitulée « I was a richman plaything » (J’étais le jouet d’un riche).

paolozzi pop art

« I was a richman plaything » d’Eduardo Paolozzi symbolise à la fois la culture de masse(le magazine populaire), le consumérisme (réclame Coca-Cola), l’image de la femme (la pin-up ou cover-girl) et l’hégémonie militaire américaine (l’avion bombardier)
Source : Tate Gallery Collection — http://www.tate.org.uk

Pour l’anecdote, c’est le mot « POP » présent en haut du collage qui fut repris pour la première exposition Pop Art à Londres, et qui donna également son sens à l’appellation Pop Art.

Hamilton dénonce les mutations sociales dans une œuvre fondatrice du Pop Art

Un autre collage, réalisé par Richard Hamilton, est également considéré comme l’un des fondements du Pop Art. Il est intitulé « Just what is that makes our today’s homes, so different, so appealing ? » (Quel est simplement ce qui rend nos intérieurs d’aujourd’hui si différents, si attractifs ?)

hamilton pop art

« Just what is that makes our today’s homes, so different, so appealing ? » de Richard Hamilton, l’un des fondateurs de l’Independant Group.

Hamilton opère à travers cette œuvre sa propre dénonciation de la consommation de masse et de la culture populaire industrielle. Dans ce salon, on retrouve le corps caricaturalement parfait de Irvin Koszewski, vice mister univers, et une pin-up. La pièce est parsemée d’objets caractéristiques de l’époque, principalement dédiés à la diffusion du son et de l’image (téléviseur, enregistreur audio, téléphone). On remarque aussi un aspirateur et une ménagère qui nettoie les escaliers, entre eux la pancarte « Ordinary cleaner reach only this far » (Habituellement, les aspirateurs ne vont que jusque-là). En arrière-plan, on devine une affiche de cinéma pour le film « The Jazz Singer’, le tout premier film américain avec bande sonore, sorti en 1927.
L’accent est donc mis par Richard Hamilton sur la perfection factice des corps, les différents médias (collage issu de magazines mais dénonce également le média cinéma), l’intérieur à la propreté aseptisée et au mobilier sans âme. Le collage servira de couverture à l’exposition de l’Independant Group « This is tomorow » en 1956 à la Whitechapel Art Gallery de Londres.
Ces œuvres font émerger des problématiques globales, mais nous verrons que le Pop Art est un art à l’image d’une société, et qu’il évolue avec elle. Ainsi de nombreuses œuvres ont été réalisées pour dénoncer une image bien précise, un fait défini, plutôt que pour dresser la caricature d’un état social comme nous avons pu le voir sur ces deux dernières œuvres. Nous verrons que certains artistes Pop Art ont créé leur propre terrain d’expression, choisissant un sujet qui les touche particulièrement comme l’homosexualité, la guerre au Vietnam, l’épidémie de SIDA…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>